Vous êtes ici

La vie obstinée et Vue cavalière de Wallace Stegner

Auteur : Wallace Earle Stegner
Editeur : Phébus Normandie roto impr. Paris 61-Lonrai
Publié : 1998
Type de document : Livre
Cote : r ste

Vue Cavalière et La vie obstinée sont deux petits chefs-d’œuvre, hymnes à la nature et à la vie dans ce qu'il y a de plus fragile quand la mort menace et que tout devient dérisoire avec le temps qui passe et l'impossibilité de faire marche arrière.

Dans La vie obstinée Joseph un éditeur new-yorkais et Ruth son épouse prennent leur retraite. Loin des mondanités, dans un coin perdu de Californie, entre promenades, jardinage et lectures, ils coulent des jours paisibles jusqu'à l'arrivée impromptue de Marian jeune femme enceinte, malade d'un cancer et de Peck un hippie barbu et crasseux squattant sans gêne un bout de la propriété. Marian et Peck, chacun à sa façon mettent à jour les contradictions et les faiblesses de Joseph ainsi qu'une blessure bien enfouie mais toujours vive : la mort, il y a quelque vingt ans d'un fils qu'il n'a pas su aimer , protéger et avec lequel il n'a rien partagé.

Vue cavalière se situe quatre ans plus tard. Marian est morte, Peck a déménagé. Ruth et Joseph ont repris le cours tranquille de leur vie. Pour occuper le temps, Joseph travaille à ses mémoires et retrouve un journal écrit juste après la mort de son fils. Là encore la confrontation est rude. Le souvenir d'un amour fulgurant mais inaccompli oblige le vieil homme à scruter rageusement son passé à la recherche de tous les renoncements qui ont truffé sa vie jusqu'à l'en détourner de l'essentiel : la liberté d'aller au bout des rêves. Après une période de grand trouble, Joseph lucide mais apaisé reprend la route avec Ruth, la compagne de toujours, acceptant enfin la perte de ses illusions et la venue de la vieillesse.

Car chez Wallace Stegner, c'est en automne que fleurissent les cerisiers.